[:]Bonjour à tous,

 

 

La truite, poisson fantasque du début de saison, qui pour beaucoup d’entre nous hante les nuits  des premiers jours de mars. Une cible de choix pour les pêcheurs aux leurres, de par la technicité de sa pêche, et son esthétique quasi divin.

 

 

Leurre souple, l’intérêt…

La pêche de la truite aux leurres ne date pas d’hier, cuillers et poissons nageurs défilent depuis bien des années dans nos rivières et restent toujours des appâts de choix pour traquer ce merveilleux salmonidé. Cependant, au fur et à mesure que les niveaux baissent, que l’eau s’éclaircit et que de nombreux pêcheurs sont passés sur les rives, la truite rechigne à se laisser séduire par nos imitations,

à nous de jouer la différence…

 

En effet, la pêche aux leurres souples est pour le moment peu répandue dans la recherche de ce poisson, ce qui présente une première clef de succès, car la truite peu habituée à ce type de leurres se laissera tenter plus facilement.
Aussi, le leurre souple offre une dimension plus imitative. En jouant avec le grammage des têtes plombées, vous vous ouvrez un large champ de prospection. Légèrement lesté vous  simulerez au mieux un poisson moribond se déplaçant au gré des courants. Plus lourdement plombé, vous pourrez rechercher la truite sur des secteurs délaissés, le plus profond de vos rivières, ou aussi jouer à « saute caillou » afin d’imiter un chabot recherchant un abri.   Jouez .aussi sur les animations, alternez les longues tirées avec des relâchements, pour donner vie à votre leurre. Sachez seulement que la truite n’est pas très friande des animations linéaires.  

  Le choix du leurre…
Préférez des shad ayant un rolling (basculement latéral) faible, avec une caudale  battant énergiquement, de type buster shad, baby buster, globulus ou une caudale ondulante comme le sandra ou le meeki, car l’absence de rolling permet aux leurres de se maintenir mieux dans le courant. N’hésitez pas à diversifier les tailles. Pour ce qui est de la couleur, en termes de truite, la sobriété est souvent gage de résultats, mais rien ne vous empêche de tester des couleurs  plus tape à l’œil, surtout si l’eau est teintée, ou si vous remarquez des chasses sur les vaironnées.  

 

Détection des touches, ferrages…

Pour un maximum d’efficacité, utiliser une tresse fine (inférieure à dix centièmes), à laquelle vous ajouterez un brin de fluoro-carbone d’environ trois mètres, du diamètre de votre choix.  Une règle d’or, laissez parler vos sens. Les yeux rivés sur la tresses, maitrisez chaque mouvement de canne pour garder un contact permanent avec votre leurre. Au moindre mouvement ou lourdeur sur la ligne, sanctionnez aussitôt par un ferrage ample et décontracté afin de ne pas rompre la ligne. Vous serez sans doute surpris, d’une part, du nombre de touches, d’autre part du nombre loupé. Gardez les nerfs solides.

Vous l’aurez compris, le leurre souple offre de multiples perspectives en termes de pêche à la truite. Il convient de diversifier les postes de pêche, les grammages des têtes plombées, les animations, …  afin de trouver la combinaison payante. Et surtout, soyez imaginatifs.

 

A bientôt,

 

Matthieu Pornon

 

 

Laisser nous un commentaire, ou posez une question.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.